Sortir de la zone euro, une solution pour les pays pauvres?

Sortir de la zone euro : une solution à  envisager pour redresser l’économie de certains pays ? Le président de la Banque Centrale Européenne (BCE), Jean Claude Trichet, répond que la question en elle-même est une absurdité. En effet, comment le fait de sortir de l’euro pourrait aider les économies des pays en difficulté ? Comme il le souligne très justement, nous ne sommes pas confrontés à « une crise de l’euro mais à une crise de la stabilité financière ». Sortir de l’euro ne pourrait  que dévaloriser la monnaie de ces pays et entrainer une baisse des richesses. L’un des responsables de Pimco, le plus grand fonds obligataire mondial,  est cependant d’avis opposé. En effet, Andrew Bosomworth pense que grâce à  leur propre monnaie, les pays les plus fragiles face à la crise pourraient « exporter a moindre coûts », ce qui permettrait l’augmentation des exportations et redonnerait du tonus à  la croissance. Il va même plus loin en indiquant qu’une fois leur retour a la croissance et la confiance sur les marchés retrouvée, ces pays pourraient réintégrer la zone euro. Mais ces déclarations ne sont-elles pas des solutions de court terme ? Ne vaut-il pas mieux mettre en place des politiques de long terme ? Et puis, sortir de l’euro reviendrait à s’écarter de la logique de construction de l’Union Européenne qui prévaut maintenant depuis plus d’un demi-siècle… de la même, est-ce techniquement réalisable ? Et les gens accepteraient-ils de repasser à leur ancienne monnaie nationale puis ensuite revenir à l’euro, comme le suggère Andrew Bosomworth ? Il est permis d’en douter…